Médias officiels ?

3 Mai 2018 | Médias

J’ai eu le plaisir il y a quelques jours d’être l’invité de la commune et de la médiathèque d’Anould (88) pour animer une rencontre-débat sur les médias. Le plaisir et la surprise de voir une salle presque comble (comblée, je ne sais pas !). Pour la petite histoire, on est ici dans le berceau de la famille Ferry, celle de Jules, qui outre les lois scolaires a initié la loi sur la presse de 1881. En gros, ce texte de loi toujours en vigueur définit les droits et les devoirs du journaliste, question qui revient sans cesse dans notre actualité avec l’apparition des réseaux sociaux et de leurs armées de citoyens-journalistes.

Tout le monde, désormais, produit de l’information et commente l’actualité. Nous avons donc parlé, dans un esprit très ouvert, des médias et de leurs modèles économiques, du métier (des métiers) de journaliste(s), de la difficile sélection des infos, du débat quasi philosophique qui en découle, sur l’impossible objectivité du journaliste. Nous avons causé de télé, de radio, des petites, des grandes, des régionales et des nationales, nous avons survolé les questions d’addiction aux médias sociaux, assez identiques à celles liées au tabac, à l’alcool ou au sexe… jusqu’à ce qu’apparaisse un grand classique de la réunion publique : l’empêcheur de tourner en rond, qui souvent tourne en rond lui-même.

Celui-ci m’a décerné le titre délicieux de « défenseur des médias officiels », me faisant grief de ne pas évoquer « les médias alternatifs », tout cela de façon très cordiale et sur une dialectique typique de l’ultra-gauche. Intéressant reproche (même s’il me semble infondé), car finalement c’est quoi un média officiel ? Il faut préciser car le seul mot de « officiel » ouvre la voie à toutes sortes d’interprétations, de fantasmes et fabrique sur le champ une nouvelle théorie du complot (la plus solide étant celle mise en musique par Jacques Dutronc : « on nous cache tout, on nous dit rien »).

« Officiel » ne veut rien dire… On est tous des officiels de quelque chose, de quelqu’un, de quelques-uns (tout l’enjeu est de savoir de qui !). Même le plus gauchiste des médias dits « alternatifs » est une voix officielle (très officielle parfois même, dans ces médias aux lignes et langages très encadrés). La France dispose d’une gamme de médias d’infos si large qu’elle en rend ridicule ceux qui nous vendent l’idée d’une nouvelle dictature française servie par les médias officiels (allez dire ça, pour qu’ils se marrent un peu, aux Russes, aux Coréens, aux Chinois, aux Yéménites ou aux Turcs !).

Ce qui nous éloigne de cette idée ahurissante de dictature, c’est que :

  1. Nous savons qui est propriétaire de quoi (on sait par exemple qui est le propriétaire de Canal + et on connaît sa conception de la liberté de la presse) ;
  2. Nous avons la possibilité d’aller voir ailleurs, de diversifier et multiplier nos sources d’informations, en optant de préférence (c’est mon point de vue) pour les « officiels », c’est à dire les médias dont on connaît la source (et les financeurs, les actionnaires, le modèle économique, la ligne éditoriale…).

Il faut éliminer – ou  simplement s’en amuser – la batterie des anonymes-farfelus. Ce qui est essentiel, quel que soit « l’officiel » pour lequel on travaille, c’est de respecter quelques règles de base, dont celle de la confrontation des vérités et des points de vue. Et c’est de donner au lecteur, auditeur, téléspectateur, internaute, toutes les clés pour qu’il se forge sa propre opinion… laquelle deviendra son opinion officielle, ou pas ! Le plus dangereux sans doute est le citoyen certain qu’il n’y a qu’une vérité (généralement la sienne). Si c’était la vérité, qu’est-ce qu’on s’emmerderait !

Mes derniers articles :

  • Coup de pouce
    Gare au puritanisme
  • Coup de pouce
    Dans les coulisses du Monde
  • Cap à l'Est au Pays de Sarrebourg
    Villes et terroirs
    Cap à l'Est arrive dans le...
  • Gérard Depardieu
    Coup de latte - Médias - Politique
    Quand le lion saigne, les chacals...

Pin It on Pinterest

consequat. ipsum porta. Sed amet, Praesent id, pulvinar